Littérature jeunesse

Un Palais d’épines et de roses (ACOTAR) – Sarah J. Maas

Alors qu’elle chasse pour ramener un peu de nourriture aux membres de sa famille, Feyre rencontre un grand loup qui s’apprête à lui voler sa proie. Malgré la peur des légendes sur les Immortels qui imprègnent la mémoire collective (notamment le fait qu’ils ont la capacité de prendre une forme animale), la jeune fille arme sa flèche en frêne et tire.

Quelques jours plus tard, un autre monstre détruit la porte de sa maison, réclamant vengeance. Une vie contre une vie. Feyre n’a d’autre choix que de suivre cette horrible créature, même si elle sait qu’elle va devoir laisser derrière elle sa famille. Une famille, autrefois aisée, désormais ruinée avec un père mal-en-point et deux sœurs ainées qui continuent à faire les coquettes alors qu’elle n’ont plus aucun rang à tenir. Mais la jeune femme a fait une promesse : elle a juré à sa mère, sur son lit de mort, de veiller sur ces trois êtres. 

Toutefois, l’Immortel ne lui laisse pas le choix. Le Traité, qui régit l’accord entre les humains et les Immortels, suite à la guerre, est sans équivoque. Feyre doit partir.

Le Grand Fae l’amène alors dans son magnifique palais. Au début apeurée en raison des mythes qui entourent ces êtres, elle se prend finalement à aimer cette nouvelle vie de luxe et même à tomber sous le charme des créatures qui habitent le domaine. Car les Immortels sont des êtres dotés de différents pouvoirs : ils peuvent pour certains se transformer, contrôler les esprits pour d’autres, mais ils ont tous une force hors du commun qui ferait flancher n’importe quel mortel.

Cependant, la magnificence n’est en réalité qu’une charmante illusion, car une Fae a pris le contrôle des différentes communautés qui peuplent le royaume de Prythian. Pire encore, elle a même lancé une malédiction sur Tamlin et la Cour du Printemps.

Quels choix Feyre fera-t-elle alors ? Décidera-t-elle de retourner auprès des siens même si Tamlin l’a assuré qu’il avait fait le nécessaire pour qu’ils soient en sécurité et plus encore ? Pourra-t-elle s’habituer à cette nouvelle vie ? Sera-t-elle capable de lever la malédiction qui pèse sur ce royaume ? La Belle pourra-t-elle tomber amoureuse de la Bête ?

            Palais enchanté, royaume maudit, créatures magnifiques à la fois fascinantes et effrayantes ; une jeune femme qui doit quitter les siens pour entrer dans un autre univers… Voilà tous les ingrédients qui ont composés la recette initiale : une réécriture du conte de La Belle et la Bête.

            J’ai trouvé la première partie du livre intéressante, l’intrigue se mettait doucement en place et nous découvrions à la fois le village de Feyre et sa vie misérable, puis la Cour du Printemps.

            La deuxième partie était cauchemardesque : il ne se passait strictement rien. L’intrigue était tellement nian nian que je passais plus de temps à lever les yeux au ciel qu’à lire les mots inscrits sur la page. Feyre était nunuche à souhait en mode « Tamlin est trop beau… mais je ne dois pas oublier que c’est un Immortel et qu’il fait donc partie de ceux qui ont détruit mon peuple … Toutefois il est quand même très séduisant… Cependant, c’est un monstre dangereux ». Rahh j’avais envie de secouer la pauvre Feyre et de lui dire « Ma fille, si t’avais vraiment peur tu réagirais pas comme ça, arrête ton charabia ! ». 

Non parce que, en plus, elle est dans un monde hostile, où elle a déjà été attaquée par des créatures plus effrayantes et redoutables les unes que les autres, mais quand on lui dit « attend sagement dans ta chambre que la nuit passe », madame se rebelle « Non, non la lumière m’appelle, je dois sortir » ! M’enfin, si t’avais vraiment peur, t’aurais pris ton mal en patience, à la limite t’aurais dormi, mais tu n’aurais certainement pas fait le mur comme une ado de 15 ans ! Surtout qu’au début on nous fait comprendre qu’elle a toujours eu la responsabilité de sa famille depuis la mort de sa mère… Mouais, pour la fille mature on repassera !

            Heureusement, la troisième partie a tout sauvé ! Là, on entre vraiment dans la fantasy avec la grande méchante, les tâches à accomplir, le séduisant jeune homme censé être du côté obscur de la force, mais qui se range finalement dans la lumière ! C’était rythmé et vraiment chouette. C’est vraiment dommage que ça n’arrive que dans la dernière partie du livre, car j’ai failli abandonner à de nombreuses reprises. 

[Ne parlons toutefois pas de la ridicule énigme qui est proposée par la vilaine méchante à Feyre et que tout le monde avait trouvé dès les premiers vers. On est à des années lumière de la devinette que le Sphinx propose à Œdipe… Ah ces grecs, des faiseurs d’arts !!]

En bref, j’ai tellement adoré la dernière partie que je me suis empressée d’acheter le second tome. Pour autant, je ne crois pas le lire immédiatement maintenant que ma lecture est un peu passée et que j’en ai commencées de nouvelles. Le soufflé est un peu retombé comme on dit. 

Je pense que ceux qui aiment la fantasy, et la romance nian nian, ou un public de jeunes adolescents (à 15 ans, j’aurais adoré, mais dix ans plus tard… voilà voilà quoi !) prendra plus de plaisir que des adultes. Mais après, chacun est libre de découvrir ce roman (après, beaucoup m’ont aussi dit que le deuxième tome était beaucoup mieux, alors… à voir ;)).

N’hésitez pas à me partager votre avis si vous avez lu ce livre, ou même si vous avez envie de le découvrir. 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s