feelgood

Ciao Bella – Serena Giuliano

Bonjour la communauté livresque,

Aujourd’hui, je vous parle de Ciao Bella (qui aurait aussi bien pu s’intituler Journal de La Plus Grande Angoissée de tous les temps et de tout l’univers) de Serena Giuliano. Je vous le donne en mille : j’ai adoré et ai eu un véritable coup de coeur.

Résumé éditeur :

 » J’ai peur du chiffre quatre. C’est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager…
– Vous avez beaucoup d’autres phobies ?
– Vous avez combien d’années devant vous ? « 

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy.

Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux…

À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?

Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente.

Ciao Bella est un de ces livres qui nous font du bien. Rien qu’en ayant lu le premier chapitre, je savais que j’allais passer un excellent moment et je n’ai pas été détrompée. En plus, on y découvre aussi une Italie pleine d’un charme typique qui est, clairement, une invitation au voyage. L’art de traverser les frontières sans se lever de son rocking-chair.

Le livre se présente sous la forme d’une conversation entre Anna, une jeune femme pleine d’angoisses, et sa psychiatre qu’elle surnomme affectueusement Lizy. Chaque chapitre est l’occasion pour Anna de nous en apprendre plus sur elle, ses origines, sa famille, ses amis, son arrivée en France… mais surtout ses angoisses qui la rongent de l’intérieur et qu’elle compte bien faire taire, ou au moins, réussir à mettre entre parenthèses grâce à l’aide de la formidable Lizy. 

J’ai tout de suite accroché à la plume de Serena Giuliano, qui déverse un véritable vent de fraicheur dans nos esprits. L’écriture est dynamique et pleine d’auto-dérision. J’ai eu souvent l’impression que c’était moi que Serena Giuliano peignait, et non pas Anna (ou par extension, peut-être un peu d’elle-même ?).

Par exemple, je pense que j’aurais pu écrire mot pour mot cette suite de répliques :

« – J’ai réfléchi à ce que j’aimerais faire dans la vie.

– En voilà une bonne nouvelle ! Alors ? Qu’aimeriez-vous faire ?

– Rien du tout ! Gagner au loto et me barrer au soleil. »

Je vous assure que je sors cette dernière phrase au moins mille fois par an (doux rêve quand tu nous tiens). 

L’humour y est omniprésent comme vous pouvez le voir. J’ai ri, mais j’ai ri toute seule, lisant tout en me balançant dans mon rocking-chair. Et rien que pour ça, j’étais déjà heureuse de découvrir ce roman. 

Toutefois, si l’écriture se veut légère et pleine d’humour, des thèmes graves sont tout de même abordés comme les difficultés de la maternité, les violences conjugales, le racisme, le sexisme, la maladie, la différence. Ils ne sont pas plaqués, pour décorer et entrer dans une tendance, non. Ils font partie intégrante de la vie d’Anna. 

Mais pour contrebalancer, l’amitié, l’amour, les valeurs de la famille, les ambitions, les aspirations personnelles, les voyages, les passions et la belle Italie, nous permettent de dresser un tableau tout en nuances, qui serait celui d’une vie ordinaire.

J’en sais peu sur l’auteure, si ce n’est que c’est une blogeuse et écrivaine. Je ne crois pas que ce récit soit totalement autobiographique, puisque dans les remerciements elle évoque, par exemple, un frère et non pas une soeur. Toutefois, d’autres éléments semblent concorder. Peut-être est-ce une sorte d’autobiographie fictive et romancée ?

Vous me direz, cela n’a aucune importance, et je partage totalement votre avis 😉

Franchement, je vous conseille de lire ce livre qui a été pour moi une magnifique découverte.

Et pour ceux qui l’ont déjà lu, vous aussi vous avez adoré ?

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s